Campagne américaine : sur le campus de Miami, l’enthousiasme à minima

[BONDYBLOG-US]

Pour notre première escale, rendez-vous est pris à l’université de Miami en Floride : grands espaces, locaux modernes et palmiers omniprésents. Sur le campus, la dernière ligne droite de la campagne à quatre jours du vote à l’élection présidentielle américaine n’agite pas les foules. Paroles de jeunes engagés. Reportage.

Certains jours, un bus sillonne le campus de l’université de Miami. C’est celui de l’association “Get out to vote” qui vise à sensibiliser les étudiants sur les élections et à les inciter à s’inscrire sur les listes électorales. Aux Etats-Unis, le vote des étudiants et plus globalement des jeunes est un véritable enjeu. Les 18-34 ans représentent un électeur sur trois. Brianna Hernandez est étudiante en troisième année et étudie l’histoire et la science politique. Du haut de ses 20 ans, elle est membre de “Get out to vote”. “Le campus manquait de personnes poussant à avoir ses propres opinions, explique-t-elle. Il n’y avait que les membres des deux partis qui criaient leurs slogans à qui voulaient les entendre et rien d’autre. Alors, j’ai décidé de rejoindre l’association”. Brianna est plutôt fière d’affirmer que grâce à l’action de son collectif, un peu plus de 2 000 étudiants se sont inscrits sur les listes électorales et environ 200 ont voté par anticipation en utilisant les navettes mis en place pour se rendre du campus au bureau de vote le plus proche. “On aime dire que les millenials ne votent pas alors que nous, on voit que les étudiants sont intéressés et qu’il y a un éveil politique. Surtout que c’est à l’université que l’on comprend vraiment ce que ça signifie être démocrate ou républicain”. Etant membre de l’association, Brianna Hernandez n’a pas le droit de donner sa préférence politique. Les règles sont très claires : elle ne doit délivrer que des informations “non partisanes”. Etrangement, l’enthousiasme débordant de la bénévole, on le retrouvera très peu chez les militants et sympathisants politiques du campus.
Après Bernie Sanders, le soutien par défaut à Hillary Clinton

Latifa OULKHOUIR (Miami, Floride)

Related posts

Leave a Reply